Laurent Fabius

Laurent Fabius Laurent Fabius
Origine & Etudes
Laurent Fabius est né le 20 août 1946 dans le 16e arrondissement de Paris.
Laurent Fabius est issu d’une famille d’origine juive par son père, mais reconvertie à la religion catholique durant la Seconde guerre mondiale. Son père, décédé en 1984, s’appelait André Fabius. Il était antiquaire. Sa mère, décédée en 2010, s’appelait Louise Mortimer. Elle est d’origine américaine. Laurent Fabius est né, a été baptisé et a grandi dans le 16e arrondissement de Paris, plus précisément dans le quartier du Trocadéro avec ses parents. Son baptême au eu lieu à l’église Notre-Dame-de-Grâce de Passy.

Laurent Fabius étudie dans le 16e arrondissement de Paris, au Lycée Janson-de-Sailly. Son baccalauréat en poche, il s’inscrit en hypokhâgne au lycée Louis-le-Grand et réussit son concours d’entrée à l’Ecole Normale Supérieure d’où il ressort avec une agrégation de lettres classiques. Il fait en même temps ses études à l’Institut d’études politiques de Paris. Il étudie à l’Ecole nationale d’administration de 1971 à 1973 (promotion François Rabelais), en ressort troisième de sa promotion.
 

Vie familiale

Laurent Fabius a deux fils issus de son mariage avec Françoise Castro, productrice et psychologue. Ils sont maintenant divorcés. Thomas Fabius, l’ainé, né en 1982 est actuellement Chef d’entreprise et Victor Fabius, né en 1983 est consultant chez McKinsey. Comme son père, Victor a également fait ses études à l’Ecole normale supérieure.
 

Emploi non politique

Laurent Fabius est un haut fonctionnaire. Il a débuté sa carrière dès sa sortie de l’ENA en intégrant le Conseil d’Etat en tant qu’auditeur. Il est promu Maître des requêtes dès 1981.
 

Passions / Activités

Laurent Fabius était un grand passionné d’équitation, mais il avoue avoir délaissé cette passion à cause de ses études qui lui ont pris la majorité de son temps après le baccalauréat. Ses études universitaires lui ont par contre permis de pleinement satisfaire son autre passion : la littérature.  Laurent Fabius aime aussi écrire et a déjà exprimé ses convictions politiques à travers plusieurs ouvrages. Il a entre autres écrit « La France inégale » en 1975, « Le Cœur du futur » en 1985, « Les Blessures de la vérité » en 1995, cet ouvrage a d’ailleurs été primé au Prix du livre politique de 1996.
 

Parcours politique

Laurent Fabius fait un premier pas en politique en 1974 en adhérant au Parti Socialiste alors qu’il est fraîchement diplômé de l’ENA. François Mitterrand le prend sous son aile dès le départ et les deux hommes sont amenés à étroitement collaborer au cours de leur carrière respective. Laurent Fabius, alors proche collaborateur de Mitterrand, est élu Maire Adjoint du Grand-Quevilly puis député en Seine-Maritime en 1977. Grand-Quevilly devient son fief et il y est constamment réélu et occupe divers postes. Il sera notamment conseiller municipal, adjoint au Maire et Maire avec toujours plusieurs mandats successifs. Il devient Directeur de cabinet de François Mitterrand en 1979 et lui reste fidèle. Il le défend bec et ongle durant la campagne présidentielle de 1981. Laurent Fabius est nommé Ministre du budget quand Mitterrand devient Président de la République. Il devient par la suite Ministre de l’industrie et de la recherche puis de la modernisation industrielle.

Le Gouvernement connait une période de crise en 1984 et François Mitterrand décide de changer de Premier ministre. Il nomme donc Laurent Fabius à ce poste alors que celui-ci n’a que 37 ans. Faire face à la dette de l’Etat et l’inflation figure dans ses priorités. L’année 1985 sera marquée par certaines démarches diplomatiques entreprises par Laurent Fabius alors qu’elles  reviennent au Président de la République. Laurent Fabius critique aussi certaines décisions de François Mitterrand, notamment l’invitation du Général Jaruzelski sur le sol français. Par ailleurs, il dénonce certaines actions de Fidèle Castro alors que ce dernier est proche de Danielle Mitterrand.
Le mandat de Premier Ministre de Laurent Fabius s’arrête en tout cas en mars 1986 à la suite de la défaite législative de la gauche.
Il reprend son siège de député et devient Président de l’Assemblée Nationale en 1988.

Il intègre difficilement le Parlement européen en 1989 et commence à voir en Lionel Jospin un adversaire de taille par rapport à son désir d’accéder à la tête du PS. Il y arrive finalement en 1992 et occupera le poste de Premier secrétaire jusqu’aux législatives de 1993. Il est élu Maire de Grand-Quevilly en 1995 et démissionne en 1997 pour son second mandat à la présidence de l’Assemblée Nationale. Et quand Lionel Jospin est nommé Premier ministre, il écarte Laurent Fabius de son gouvernement jusqu’en 2000 à l’occasion d’un grand remaniement. Fabius devient donc Ministre de l’économie, des finances et de l’industrie. Ce mandat sera entre autres marqué par le passage à l’euro, la suppression des vignettes des voitures de particuliers, la loi NRE…etc.

Lionel Jospin prend sa retraite politique en 2002 et Laurent Fabius est de nouveau dans la liste des possibles têtes d’affiche du PS. Le congrès de Dijon a réélu François Hollande à la tête du parti et Laurent Fabius est son second. Il refait parler de lui en 2004 en s’opposant farouchement au Traité Constitutionnel Européen alors que la plupart des partis socialistes d’Europe votent « oui ». Cette position de Laurent Fabius suscite de nombreuses critiques dans la gauche en général. On le qualifie d’incohérent par rapport à sa tendance politique antilibéraliste, d’opportuniste, de social-libéral…etc. Il est également pointé du doigt au sein du parti et le Conseil national désire l’exclure du secrétariat national.  Laurent Fabius ne souhaite de toute manière plus entrer dans la direction du PS et soutient les autres membres de son courant. Fabius se présente à l’investiture du PS en vue des présidentielles de 2007, mais arrive seulement troisième après Ségolène Royal et Dominique Strauss-Kahn. Il décide alors de soutenir Ségolène Royal. Fabius démissionne du bureau national du PS en 2007 et se fait réélire député de la quatrième circonscription de la Seine-Maritime.
 

Citations

Déclaration de Laurent Fabius sur son site officiel : « De gauche, je l’étais, par sentiment, par intuition, par indignation avant que cela me devienne une réflexion, puis une action et le choix de toute une vie. »

Laurent Fabius a dit en 1985, dans le quotidien Le Matin « Au jeu des définitions, je dirais que je suis un socialiste moderne, pragmatique et amoureux de la liberté ».
 

Sites ou blogs

http://www.laurent-fabius.net

Membre de l’organisme Parti socialiste